Baheya-5829.jpg

À propos de moi

Je suis la fière mère de trois petites âmes expressives et une coach parental praticienne certifiée de la méthode de pleine consciente (Conscious Parenting Method®) développée par Dre Shefali Tsabary.

 

Comme plusieurs parents, je commençais à m’apercevoir que mon parcours avec mes enfants commençait à s’éloigner de plus en plus de l’image initiale que je m'étais peinte.

 

Malgré tout mon amour et mes bonnes intentions, mon quotidien ressemblait davantage à des montagnes russes émotionnelles exaspérantes qu’à cette utopie que je m’étais imaginée quand je planifiais ma future famille.

 

C’est pour cette raison que je suis ici; c’est pour vous rappeler que vous n’êtes pas seuls et pour vous accompagner sur ce parcours magique qu’est la parentalité.

Comment en suis-je arrivé ici?

Voici un résumé de la façon dont je suis devenue accompagnatrice en parentalité et pourquoi.

Retournons 12 ans en arrière.

J’étais enceinte de mon premier enfant et je me souviens m’être fait demander : « Es-tu nerveuse? »

 

Il s’avère que mon interlocuteur attendait lui aussi son premier enfant.

 

Cette question m’a tellement pris par surprise! La seule chose qui me venait à l’esprit était : « Nerveuse de quoi? L’accouchement? »

 

Comme plusieurs nouvelles mamans, je ne pouvais pas voir plus loin que ça. Peut-être que je m’inquiétais aussi un peu à propos de cette privation de sommeil dont tout le monde parle, mais pour moi, à part ces deux choses, le reste ne serait que du gâteau. Puisque j’étais la première de mes amis à avoir un bébé, je n’avais aucune idée de ce à quoi je devais m’attendre ou pour quelle autre raison je devrais être nerveuse.

 

Ainsi, ce citoyen engagé a clarifié sa question : « Non, tu n’as pas peur de bousiller l’enfant? Je veux dire, c’est très possible de vraiment bousiller un enfant! »

 

Je le fixais le regard vide; sans un seul clignement d’yeux. Mais de quoi pouvait-il bien parler? Bousiller un enfant! Ça ne peut pas être si difficile d'élever un enfant! Nos parents l’ont fait, ça coulera tout naturellement. D’ailleurs, j’ai toujours rêvé d’avoir des enfants! C’est ce que j’ai toujours voulu et je sentais que ça me comblerait sous tous les aspects possibles. Ça y est, ma vie prenait son sens, c’était ma destinée, impossible que « je » puisse bousiller un enfant.

 

Sept ou huit ans plus tard…

J’ai un jeune garçon très brillant et très têtu en deuxième année, un adorable et charmant petit joufflu de quatre ans et un paisible bébé de quelques mois dans les bras. C’est l’heure des devoirs, je suis assise à la table à dîner, le bébé sur les genoux, mon « prématernelle » à mes côtés et mon grand de sept ans qui monte les escaliers en criant à tue-tête qu’il NE fera tout simplement PAS ses devoirs. Tout ce que j’ai pu faire, c’est lui répondre en criant : « OH QUE OUI QUE TU VAS LES FAIRE! ET C’EST MOI QUI AURAI LE DERNIER MOT! » Cet échange a continué un moment. Et c’est arrivé plus d’une fois. En fait, à cette époque, c’était assez récurrent.

 

Ça m’était déjà venu à l’esprit que crier ne servait à rien, que les enfants ne comprennent même pas ce qu’on dit quand on hurle, mais j’étais épuisée, dépassée, et je n’avais pas d’autres façons ni outils pour qu’il coopère. Et honnêtement, crier n’a jamais réussi à le faire coopérer. Qui coopère de bon gré, et apprend quoi que ce soit sous les cris et la menace? Est-ce que les adultes eux-mêmes arrivent à bien travailler dans de telles circonstances?

 

Peu de temps après, une de mes amies m’a acheté mon premier livre sur la parentalité : Parents enfants : grandir ensemble (The Awakened Family) de Dre Shefali Tsabary. J’ai fixé le livre du même regard vide troublé que j’avais posé à ce monsieur huit ans plus tôt. J’ai commencé à lire le livre avec hésitation, et je n’aimais pas du tout le message que la source de mes réactions était toujours en moi et non en mon enfant. Mais avec chaque page que je lisais, je commençais à comprendre. Et finalement, je ne pouvais plus en avoir assez, j’étais accro. J’ai ensuite lu ses deux autres livres et trouvé d’autres mentors qui partagent des idées et stratégies complémentaires. J’ai su très rapidement que je voulais aider d’autres parents en difficulté à changer leur perspective. J’étais motivée à leur apporter le soutien dont ils ont besoin pour élever leurs enfants dans l’harmonie.

Ce que je veux vraiment, c’est aider les parents à avoir le cœur léger! 

C’est ce qui m’a menée à obtenir ma certification et par ce fait même, j’espère pouvoir vous inspirer à apporter un changement positif au sein de votre famille.